đŸ» La fille Oursang

Aventure

Le 5 janvian 650

Par Tahroy

La fille de la famille Oursang a fugué le mois dernier. Rien de grave, mais elle a été aperçue prÚs d'une zone infestée de brigands sanguinaires. La Compagnie doit la sauver.

Compte-rendu


Alors que le crĂ©puscule posait sur le ciel un dĂ©licat voile de pourpre et d’orangĂ©, quelques aventuriers se regroupĂšrent devant la porte du QG de la Compagnie Krisegis. Sans connaĂźtre la raison de cette convocation envoyĂ©e par Tahroy, les Douziens prĂ©sents pressentaient que cette nuit du 5 javian Ă©tait porteuse d’une sombre aventure. Tandis que les aventuriers patientaient, ils firent la connaissance d’un Ă©trange mineur qui, Ă  coup de pioche, tentait dĂ©sespĂ©rĂ©ment d’ouvrir la porte du QG, au grand dam de Raven qui voyait le bois de la porte se fissurer sous les coups de l’outil du viellard. RĂ©alisant qu’il avait fait erreur sur la demeure et qu’il ne trouverait pas les demoiselles Chris et Gis Ă  cette adresse, Grizar calma ses ardeurs. Voulant masquer le grabuge qu’il avait fait, le mineur sortit de sa poche une sucrerie pour l’utiliser dans une technique de colmatage des plus douteuses, nĂ©cessitant du crachat et des papiers de bonbons.

Lorsque Tahroy se joignit au petit groupe, il dĂ©couvrit la porte du QG recouverte d’emballages de Shigekax. Quelque peu Ă©tonnĂ© il prĂ©senta la requĂȘte formulĂ©e par une famille de la rĂ©gion. L’aide sollicitĂ©e par la famille Oursang, des chasseurs d’ours de la rĂ©gion, semblait aux premiers abords simpliste puisqu’il s’agissait de retrouver leur fille aĂźnĂ©e qui avait quittĂ© le nid familial depuis quelques semaines sans donner de nouvelles. Or, il s’avĂ©ra qu’une jeune femme correspondant Ă  sa description avait Ă©tĂ© aperçue Ă  l’ouest de la forĂȘt des Abraknydes, un lieu rĂ©putĂ© pour ne pas ĂȘtre des plus accueillants.

Sans la moindre hĂ©sitation, les aventuriers acceptĂšrent la requĂȘte et s’enfoncĂšrent peu Ă  peu dans le sombre feuillage de l’orĂ©e de la forĂȘt, se divisant en Ă©quipes pour plus d’efficacitĂ©. AprĂšs de longues recherches, infructueuses pour quelques-uns d’entre eux, ils dĂ©couvrirent un Ouginak, dont le corps inerte Ă©tait lacĂ©rĂ© de profondes et nettes entailles. À ses cĂŽtĂ©s, ils trouvĂšrent une coiffe d’ours dĂ©chirĂ©e, symbole ravagĂ© de la famille Oursang ainsi que des traces de pas qui semblaient se diriger vers le sud-est.


D’un pas dĂ©cidĂ©, les aventuriers poursuivirent cette nouvelle piste dĂ©couvrant deux individus pour le moins douteux. AprĂšs un interminable Ă©change et quelques baffes bien distribuĂ©es, un des bandits se mit Ă  table alors que son compĂšre s’enfuit lĂąchement. Des informations soutirĂ©es, les Douziens, trouvĂšrent l’emplacement d’une ancienne mine rĂ©amĂ©nagĂ©e qui semblait faire office de repaire secret non loin duquel un deuxiĂšme corps lacĂ©rĂ© gisait sur le sol.

Alors qu’ils s’introduisaient Ă  l’intĂ©rieur de l’obscure antre, une silhouette de femme s’avança vers eux, les interpellant d’un ton quelque peu agacĂ©, niant dans un premier temps tous liens l’unissant Ă  la famille de chasseurs d’Ours. Croulant sous les questions des aventuriers, la jeune Eliotrope finit par se compromettre, permettant aux visiteurs de dĂ©couvrir sa vĂ©ritable identitĂ©e: Laviala Oursang la jeune femme disparue. Critiquant ouvertement les traditions de sa famille, elle refusa de retourner chez les siens, donnant comme argument le fait qu’elle Ă©tait devenue adulte et qu’elle souhaitait vivre librement sa destinĂ©. Ne niant aucunement son implication dans la mort des deux Ouginak, elle justifia son geste en prĂ©textant qu’ils allaient dĂ©couvrir sa cachette. AcculĂ©e au pied du mur, par le nombre d’aventuriers la jeune Laviala proposa d’acheter leur silence en Ă©change d’un coffre rempli de reliques. Le choix fut bref, dĂ©pourvu d’hĂ©sitation et c’est sans vergogne qu’ils plongĂšrent les mains dans le butin, lui faisant promettre de ne plus commettre de meurtre. Sans remords, ils rapportĂšrent le chapeau Ă  la famille Oursang, leur disant que leur fille se portait bien mais avait soudainement disparue les laissant sans piste additionnelle Ă  poursuivre.

 

Compte-rendu Ă©crit la plume par Raven